Allez directement au contenu principal de la page

Critères de reconnaissance

Les critères de reconnaissance d’une calamité naturelle publique sont fixés par l’arrêté du Gouvernement wallon du 21 juillet 2016.

Pour les phénomènes naturels les plus couramment observés en Wallonie, des seuils minima d’intensité sont fixés pour pouvoir les qualifier d’exceptionnels et permettre au Gouvernement wallon de les reconnaitre comme une calamité naturelle publique.

Lorsque le phénomène naturel rencontré n’est pas repris dans l’énumération de cet arrêté du Gouvernement wallon, on peut le qualifier d’exceptionnel lorsque son intensité présente une période de retour statistique de 25 ans au moins et que son origine naturelle est démontrée.

 

Phénomène naturel

Brève description

Seuil à atteindre

Inondation par ruissellement

Pluies très intenses qui peuvent être accompagnées d’orages violents

35 mm en 1h

70 mm en 24h

Inondation par débordement du réseau hydrographique

Débordement d’un cours d’eau, canal, lac, étang, etc.

Débordement d’un cours d’eau  : période de retour de 25 ans du débit horaire du pic de crue OU 35 mm en 1h – 70 mm en 24h

Rupture naturelle d’une digue  : inondation qui s’ensuit est exceptionnelle

Dans les autres cas  : comparaison avec une station voisine. A défaut : 2 inondations à cet endroit au cours des 10 dernières années.

Tempête synoptique

Vents violents qui peuvent être accompagnés de pluies abondantes et d’orages

Valeur de pointe de + de 130 km/h

Tornade et rafale descendante

Tornade : tourbillon de vent de vitesse très élevée

Rafale descendante : courant atmosphérique descendant intense sous un orage

Dommages observés doivent atteindre la catégorie EF2 sur l’échelle de FUJITA améliorées.

Ex. de dommages : toits soufflés, maisons mobiles détruites, arbres déracinés.

Chute de grêlons

Précipitations formées de particules de glace

La taille des grêlons doit atteindre un diamètre de 4 cm. Au défaut, le degré H5 sur l’échelle de TORRO doit être atteint.

Ex. de dommages : toitures en ardoise brisées, de nombreuses vitres cassées, grandes branches d’arbres arrachés.

Accumulation de neige

Accumulation de neige sur plusieurs jours peut donner lieu à une augmentation importante de son poids par le phénomène de dégel et regel

Charge de la neige doit être supérieure à la norme NBN ENV 1991-1-3 (toiture plate) avec un coefficient de sécurité de 1,5.

En l’absence de mesure de la densité de la neige : utilisation de 1,5 kN/m².

Séisme

Vibrations du sol. Les répliques intervenant dans les 168 h du tremblement de terre initial forment un seul tremblement de terre.

Magnitude locale de 4.0 sur l’échelle de Richter

ET

Intensité VII de l’Echelle Macrosismique Européenne pour les dégâts subis.

Ex. de dégâts : difficulté à se tenir debout, meubles déplacés, dégâts à de nombreux bâtiments.

Affaissement et glissement de terrain

Mouvement soudain dû à un phénomène naturel.

Affaissement : souvent du à un effondrement souterrain naturel.

Glissement : crevasses, rupture de pente, surface topographique bosselée.

Il faut une origine naturelle (effondrement lié à une explosion minière ou glissement de terrils artificiels : NON)

Intensité VII de l’Echelle Macrosismique Européenne pour les dégâts aux bâtiments.

Il faut une rupture brutale des canalisations, un affaissement généralisé des routes, chemins et terrasses.

Eboulement rocheux

Désolidarisation soudaine et brutale de roches cohérentes avec chute de matériaux (conséquence : entassement au sol de terre et de rochers).

Il faut une origine naturelle.

La quantité de matériaux entassés doit être supérieure à 10m³.



 

 

Voir ici pour plus de détails.